Le fonds à impact social pour l’hébergement d’urgence

Créé en 2017 par AMPERE Gestion, « Hémisphère » rachètera et restructurera une centaine d’hôtels de classe économique, afin de créer 10 000 places d’hébergement d’urgence. C’est le premier titre à impact social d’une telle envergure.

 

Une réponse aux besoins d’hébergement d’urgence

De plus en plus sollicité pour l’hébergement temporaire de publics en difficulté, l’Etat a dû recourir de manière croissante à la réservation de nuitées hôtelières dans le parc privé. Cette situation atteint toutefois ses limites.

Afin de développer une offre d’hébergement plus adaptée, le groupe SNI et AMPERE Gestion ont donc lancé « Hémisphère ». Réunissant six investisseurs institutionnels français, qui financent le projet à hauteur de 100 M€ en fonds propres, il constitue le premier fonds à impact social de cette envergure. Sa capacité d’investissement sera complétée par un prêt de la Banque de développement du Conseil de l’Europe (CEB ou Council of Europe Development Bank).

L’objectif d’ « Hémisphère » est de créer 10 000 places d’hébergement, qui seront gérées par Adoma. Grâce à la reprise d’un important portefeuille d’hôtels économiques, plus de 6 000 places seront opérationnelles dès juin 2017.

 

Adoma, un partenaire de référence

Premier acteur de l’hébergement d’urgence et filiale du groupe SNI, Adoma gérera les ensembles immobiliers – principalement des hôtels de classe économique – convertis en résidences d’hébergement et assurera l’accompagnement social des personnes accueillies.

Créée par les pouvoirs publics en 1956 pour accueillir les travailleurs migrants, Adoma fut également l’un des principaux opérateurs engagés dans la résorption des bidonvilles à la périphérie des grandes villes. Au fil du temps, ses missions et sa clientèle ont évolué. Adoma héberge aujourd’hui plus de 72 000 personnes en difficulté, qui ne peuvent accéder à un logement de droit commun : jeunes en insertion, travailleurs précaires, bénéficiaires de minima sociaux, travailleurs migrants, familles monoparentales… En parallèle de leur hébergement, Adoma assure la prise en charge sociale des différents publics qu’elle loge. Plus de 2 300 collaborateurs œuvrent ainsi au quotidien pour accompagner les résidents dans la réalisation de leurs projets d’insertion.

 

Un nouveau modèle pour l’action sociale

Nés au Royaume-Uni, les titres à impact social, ou social impact bonds, permettent de faire financer un programme social par un acteur privé en conditionnant la rémunération de celui-ci à l’atteinte d’objectifs sociaux. Ils se sont notamment développés dans des domaines comme la protection de l’enfance, la prévention de la récidive, l’insertion professionnelle et l’accompagnement vers l’emploi.

Dans cette logique de titre à impact social, une partie de la rémunération des investisseurs d’ « Hémisphère » dépend de l’atteinte d’objectifs qualitatifs, comme le pourcentage d’enfants scolarisés, l’ouverture effective de droits sociaux ou la proportion de résidents orientés vers un logement pérenne. La réalisation de ces objectifs est évaluée par un expert indépendant. Au-delà de son caractère incitatif, cette évaluation indépendante est un gage supplémentaire de transparence et d’efficacité.